Le deuxième article de la série proposée par atometrics et la Fédération des Centres de Gestion Agrées (FCGA), analyse les impacts du covid-19 sur l’activité des petites entreprises de proximité au premier trimestre 2020.

Dans cet article, nous tentons d’analyser l’impact du covid-19 sur le premier trimestre 2020 pour 5 secteurs traditionnels suivis par l’Observatoire de l’Attractivité des Villes pour les Petites Entreprises[1]:

  1. Le CHR (Cafés, Hôtels, Restaurants)
  2. L’artisanat service
  3. Le commerce non alimentaire
  4. Le commerce alimentaire
  5. L’artisanat BTP & Fabrication

Vision globale

Le graphique ci-dessous présente l’évolution du chiffre d’affaires HT (« CA HT » ou « CA ») pour ces 5 secteurs au cours des trois premiers mois de l’année 2020 par rapport à la même période en 2019.

Le CA HT des sociétés contenues dans le panel (tous secteurs confondus) au premier trimestre 2020 affiche une baisse d’environ 10% par rapport au premier trimestre 2019.

Observations sur les mois de janvier et février 2020

  • Les sociĂ©tĂ©s du panel montraient une croissance mĂ©diane positive (voire supĂ©rieure au rythme de celle de l’économie française) sur les mois de janvier et fĂ©vrier 2020 pour tous les secteurs (Ă  l’exception du commerce non alimentaire en janvier).
  • Il existait nĂ©anmoins quelques disparitĂ©s entre :
    • des secteurs particulièrement performants : le commerce alimentaire, le CHR et l’artisanat de service, et
    • des secteurs ayant une croissance plus contrastĂ©e : le commerce non alimentaire et l’artisanat BTP & fabrication

Observations sur le mois de mars 2020

  • Prises dans leur ensemble (tous secteurs confondus), les sociĂ©tĂ©s du panel ont subi une chute de plus d’un tiers de leur CA HT en mars 2020 par rapport au mĂŞme mois de l’annĂ©e prĂ©cĂ©dente.
  • Des diffĂ©rences importantes apparaissent entre :
    • les secteurs du CHR et de l’Artisanat Service pour lesquels la baisse de CA est supĂ©rieure Ă  50%, et
    • les secteurs de l’Artisanat BTP et Fabrication, du Commerce Alimentaire et du Commerce non-Alimentaire pour lesquels la baisse est comprise entre 5% et 15%

Rappel sur la situation fin 2019

  • A la veille de cette crise sans prĂ©cĂ©dent, les TPE – comme nous l’avions dĂ©crit dans notre article prĂ©cĂ©dent – pouvaient bĂ©nĂ©ficier des efforts consentis depuis 2015 pour amĂ©liorer leur solvabilitĂ© et leur autonomie financière.
  • Elles avaient ainsi en partie restaurĂ©e leur capacitĂ© d’emprunt.

 

Interprétation

Les résultats en janvier et février 2020 témoignent globalement de la bonne dynamique affichée par la plupart des secteurs avant la crise liée au Covid.

Les évolutions observées sur le mois de mars 2020 traduisent quant à elles l’impact des ordonnances de fermetures administratives et de restrictions de circulation mises en place à compter du 15 mars :

  • Sans surprise, ces impacts sont particulièrement importants pour les entreprises des mĂ©tiers du CHR et de l’Artisanat-Service du fait de leur plus grande exposition Ă  ces mesures et aux modifications de comportements des consommateurs.
  • Dans l’ensemble, les secteurs de l’artisanat BTP Fabrication ou des commerces alimentaires et non-alimentaires ont pu limiter la baisse en repositionnant leur offre ou en continuant leur activitĂ© en mode dĂ©gradĂ©.

Toutefois, les 5 secteurs étudiés regroupent des métiers aux caractéristiques parfois hétérogènes. Pour appréhender plus finement l’impact de la crise, il est nécessaire de l’analyser au niveau des métiers qui composent chacun de ces secteurs.

  • En effet, pour certaines activitĂ©s dans les secteurs des commerces non-alimentaires (habillement) et de l’artisanat BTP & fabrication, une baisse d’activitĂ© Ă©tait mĂŞme dĂ©jĂ  perceptible dès les mois de janvier et fĂ©vrier.
  • A contrario, certaines activitĂ©s comme les pharmacies ou l’alimentation gĂ©nĂ©rale ont vu leur niveau progresser y compris au cours du mois de mars.

Pour les activités les plus impactées, les réserves de trésorerie pourraient ne pas être suffisantes dans de nombreux cas et ce malgré les mesures de soutien prises par les pouvoirs publics ou les banques (avec des reports d’échéances notamment).

Les données disponibles à ce jour (premier trimestre 2020) nous permettent uniquement d’observer l’impact du covid-19 sur les 15 premiers jours de confinement. L’analyse des données relatives aux mois d’avril et de mai permettront d’appréhender l’impact direct des restrictions de circulation et des mesures des fermetures administratives de manière plus exhaustive et feront l’objet de prochains articles.

Les paragraphes suivants proposent une analyse détaillée de l’impact de la crise liée au Covid-19 sur une sélection de métiers composant chacun des 5 secteurs couverts par cet article.[2]

 

CHR (Cafés, Hôtels, Restaurants)

Le panel de sociétés évoluant dans le secteur des Cafés, Hôtels, Restaurants a subi une perte globale de CA de -14,7% sur le premier trimestre 2020 par rapport au premier trimestre 2019.

Le tableau ci-dessous présente l’évolution du CA HT des différents métiers regroupés dans ce secteur : la restauration, l’hôtellerie, les cafés et les buralistes au cours des trois premiers mois de l’exercice 2020 :

Observations sur les mois de janvier et février 2020

  • Lors des deux premiers mois de l’annĂ©e, la majoritĂ© des mĂ©tiers, exception faite de l’hĂ´tellerie, affichait de très bons rĂ©sultats en comparaison avec l’exercice prĂ©cĂ©dent.
  • La baisse de -1,5% de CA observĂ©e pour l’hĂ´tellerie en fĂ©vrier tĂ©moigne d’une modification des comportements et de l’effet des restrictions engagĂ©es par les premiers pays touchĂ©s par le Covid-19 (Asie).

Observations sur le mois de mars 2020

  • Au mois de mars 2020, seul le commerce de dĂ©tail de produits Ă  base de tabac en magasin spĂ©cialisĂ© (buralistes) a connu une hausse d’activitĂ© (+1,6%). Pour les autres mĂ©tiers du CHR, la baisse du CA par rapport Ă  l’annĂ©e prĂ©cĂ©dente est comprise entre -44,8% pour les dĂ©bits de boissons et -57,6% pour la restauration traditionnelle.
  • Les mĂ©tiers de la restauration traditionnelle et de l’hĂ´tellerie ont Ă©tĂ© les plus fortement impactĂ©s par les mesures de fermetures administratives et de restrictions de circulation mises en place Ă  compter du 15 mars 2020. La baisse de CA observĂ©e sur ce mois rĂ©sulte de la perte enregistrĂ©e sur les 15 derniers jours du mois de mars mais Ă©galement d’une frĂ©quentation plus faible avant les mesures de confinement.
  • Ces secteurs ne bĂ©nĂ©ficieront pas, a priori, d’un fort effet de rattrapage. NĂ©anmoins, certains Ă©tablissements des mĂ©tiers de la restauration rapide et traditionnelle ont pu limiter la baisse de leur activitĂ© en diversifiant leur offre grâce Ă  la livraison et la vente Ă  emporter.

Rappel sur la situation fin 2019

    • Au cours de la pĂ©riode 2015-2019, la production de trĂ©sorerie a diminuĂ© pour s’établir Ă  8,8% du CA HT.
    • Sur la mĂŞme pĂ©riode, le poids des dettes financières a baissĂ© tandis que le poids des fonds propres a augmentĂ© et reprĂ©sentait 34% du total bilan en 2019.
    • La trĂ©sorerie disponible Ă©tait de 43 jours (en mĂ©diane) en 2019, en augmentation par rapport Ă  2015 (27 jours).

    Globalement, grâce à leurs efforts, les entreprises du secteur du CHR bénéficiaient d’une capacité d’endettement restaurée pour affronter la crise (cliquez ici pour accéder à une infographie sur la santé financière des petites entreprises à la veille de la crise liée au Covid).

 

Artisanat service

Le secteur de l’artisanat service est celui qui a été le plus fortement impacté au premier trimestre avec une perte de CA de -16% par rapport au premier trimestre 2019.

Le tableau ci-dessous détaille l’évolution du CA HT observée sur les principaux métiers regroupés dans le secteur de l’artisanat-service au cours des trois premiers mois de l’année 2020 :

Observations sur les mois de janvier et février 2020

  • Au cours des deux premiers mois de l’annĂ©e les activitĂ©s de soins de beautĂ© et de coiffure d’une part et les activitĂ©s photographiques d’autre part se caractĂ©risaient par des taux de croissance soutenus (supĂ©rieurs Ă , respectivement, +3% et +8%).
  • Les autres activitĂ©s montraient des Ă©volutions plus volatiles avec la prĂ©sence systĂ©matique d’un mois en recul par rapport Ă  l’annĂ©e prĂ©cĂ©dente.

Observations sur le mois de mars 2020

  • La majoritĂ© des activitĂ©s du secteur montrent des baisses de CA HT supĂ©rieures ou Ă©gales Ă  50% sur le mois de mars. Il est d’ailleurs notable que les 3 activitĂ©s (soins de beautĂ©, coiffure, activitĂ©s photographiques) affichant la meilleure performance en janvier et fĂ©vrier sont celles qui ont montrĂ© la plus forte baisse le mois suivant.
  • Les mĂ©tiers de l’entretien et de la rĂ©paration de vĂ©hicules automobiles lĂ©gers, du transport de voyageurs (taxis) et de la rĂ©paration mĂ©canique ont Ă©tĂ© relativement moins impactĂ©s.

Rappel sur la situation fin 2019

  • Les entreprises du panel Ă©voluant dans le secteur de l’artisanat service disposaient d’une trĂ©sorerie mĂ©diane de 45 jours de CA HT en 2019 (cliquez ici pour accĂ©der Ă  une infographie sur la santĂ© financière des petites entreprises Ă  la veille de la crise liĂ©e au Covid).

 

Commerce non alimentaire

Sur le premier trimestre 2020, le commerce non alimentaire est globalement en recul de -4.6% par rapport au premier trimestre 2019. Ce résultat, relativement bon en comparaison avec les autres secteurs, s’explique par la bonne performance des pharmacies qui sont surreprésentées dans le panel analysé. En excluant les pharmacies, la croissance de l’activité du commerce non-alimentaire pour le mois de mars descend à -52%.

Le tableau ci-dessous détaille l’évolution du CA HT observée sur les principaux métiers regroupés dans ce (habillement, électroménager, presse, produits pharmaceutiques) au cours des trois premiers mois de l’exercice 2020 :

Observations sur les mois de janvier et février 2020

  • Plusieurs mĂ©tiers ont connu une baisse d’activitĂ© avant mĂŞme la mise en place de mesures administratives. C’est notamment le cas des commerces liĂ©s Ă  l’habillement, de l’optique voire des commerces de journaux et de la papeterie.
  • Les autres mĂ©tiers du secteur montraient quant Ă  eux une bonne dynamique en janvier et fĂ©vrier.

Observations sur le mois de mars 2020

  • La baisse de CA au mois de mars est très sensible pour l’ensemble des secteurs, Ă  l’exception notable des pharmacies.
  • Les mĂ©tiers de la mode et de l’habillement affichent une baisse de CA comprise entre 53% et 65% par rapport Ă  mars 2019.
  • Les pharmacies ont quant Ă  elles bĂ©nĂ©ficiĂ© d’une augmentation de CA en mars (+9,7%). Cet accroissement d’activitĂ© est imputable Ă  la forte demande en matĂ©riel de protection (masques chirurgicaux et gels hydro alcooliques) ainsi qu’à un probable effet stockage.

Rappel sur la situation fin 2019

  • L’assainissement du bilan des sociĂ©tĂ©s ainsi que l’amĂ©lioration de leur trĂ©sorerie ont permis de restaurer et augmenter leur capacitĂ© d’endettement (cliquez ici pour accĂ©der Ă  une infographie sur la santĂ© financière des petites entreprises Ă  la veille de la crise liĂ©e au Covid).
  • Le secteur du commerce non alimentaire a connu de bons rĂ©sultats au cours des 5 exercices prĂ©cĂ©dents :
    • Les dettes financières Ă©taient en baisse et reprĂ©sentaient 12,0% du total bilan
    • Sur cette mĂŞme pĂ©riode, les fonds propres des sociĂ©tĂ©s du panel Ă©voluant sur ce secteur ont fortement augmentĂ©, passant de 30,9% du total bilan Ă  45,9% du total bilan.
  •  Les sociĂ©tĂ©s de ce secteur disposaient d’une trĂ©sorerie mĂ©diane reprĂ©sentant 36 jours de trĂ©sorerie en 2019.
  • L’assainissement du bilan des sociĂ©tĂ©s ainsi que l’amĂ©lioration de leur trĂ©sorerie ont permis de restaurer et augmenter leur capacitĂ© d’endettement (cliquez ici pour accĂ©der Ă  une infographie sur la santĂ© financière des petites entreprises Ă  la veille de la crise liĂ©e au Covid).

Commerce et artisanat alimentaire

Le secteur du commerce alimentaire dans son ensemble a connu une baisse de CA de -0,8% sur le premier trimestre 2020 par rapport au premier trimestre 2019.

Le tableau ci-dessous détaille l’évolution du CA observée sur les principaux métiers regroupés dans le secteur des commerces d’alimentation de proximité au cours des trois premiers mois de l’exercice 2020 :

Observations sur les mois de janvier et février 2020

  • A l’aune de la crise, l’ensemble des mĂ©tiers connaissaient une croissance positive voire nettement supĂ©rieure au rythme de la croissance du PIB français.
  • 4 activitĂ©s (pâtisserie, commerce de dĂ©tail de boissons en magasin spĂ©cialisĂ©, commerce de dĂ©tail alimentaire sur Ă©ventaires et marchĂ©s et autres commerces de dĂ©tail alimentaires en magasin spĂ©cialisĂ©) montraient mĂŞme une croissance supĂ©rieure Ă  +9% en fĂ©vrier ce qui pourrait rĂ©sulter d’un changement de comportant et/ou Ă  un effet stockage.

Observations sur le mois de mars 2020

  • Les pâtisseries et cavistes du panel ont subi une baisse de CA supĂ©rieure Ă  -40% par rapport au mois de mars 2019.
  • Tout au contraire, les commerces d’alimentation gĂ©nĂ©rale et les boucheries ont fortement bĂ©nĂ©ficiĂ© des changements d’habitudes induits par le confinement et ont affichĂ© une croissance de, respectivement, +11,4% et +16,9% !
  • Les mĂ©tiers de la boulangerie ont Ă©tĂ© impactĂ©s par une baisse de la demande de la part de clients particuliers mais Ă©galement professionnels (hĂ´tels, restaurants, restauration collective) tandis que les commerces de dĂ©tail alimentaires sur Ă©ventaires et marchĂ©s Ă©taient concernĂ©s par des fermetures administratives dans certains lieux. Ils ont tous deux connu une baisse de CA de l’ordre de -15%.

Rappel sur la situation fin 2019

  • Bien qu’elles aient rĂ©ussi Ă  amĂ©liorer leur trĂ©sorerie entre 2015 et 2019, les sociĂ©tĂ©s du secteur du commerce et de l’artisanat alimentaire sont celles qui montraient les rĂ©serves de trĂ©sorerie les plus faibles. En 2019, elles disposaient en mĂ©diane de l’équivalent de 29 jours de CA HT
  • Par ailleurs, les sociĂ©tĂ©s de ce secteur n’ont pas vu leur structure de financement Ă©voluer : les dettes financières sont passĂ©es de 18,5% du total bilan en 2015 Ă  14,2% en 2018 avant de remonter en 2019 pour atteindre 19%.
  • Au cours de la pĂ©riode 2015-2019, leurs fonds propres ont augmentĂ© et reprĂ©sentaient 36,5% du total bilan en 2019, principalement du fait de la baisse du niveau des dettes fournisseurs.
  • Par rapport aux autres secteurs, la marge de manĹ“uvre globale des entreprises opĂ©rant dans le secteur du commerce alimentaire semble plus limitĂ©e, du fait d’une structure financière et d’une trĂ©sorerie moins favorables (cliquez ici pour accĂ©der Ă  une infographie sur la santĂ© financière des petites entreprises Ă  la veille de la crise liĂ©e au Covid).

 

Artisanat BTP et Fabrication

Dans son ensemble, pour les TPE, le secteur du BTP a été l’un des secteurs économiques les moins touchés sur la période analysée. Le CA HT des entreprises du panel sur le premier trimestre 2020 est stable par rapport au premier trimestre 2019.

Le tableau ci-dessous détaille l’évolution du CA HT observée sur les principaux métiers regroupés dans le secteur de l’artisanat BTP & de la fabrication au cours des trois premiers mois de l’exercice 2020 :

Observations sur les mois de janvier et février 2020

  • La performance des diffĂ©rents mĂ©tiers au cours des deux premiers mois de l’annĂ©e est disparate.
  • Dans l’ensemble, tous les mĂ©tiers du secteur sont caractĂ©risĂ©s par une volatilitĂ© importante Ă  l’exception des travaux de terrassement courants et travaux prĂ©paratoires et (dans une moindre mesure) des travaux de peinture et vitrerie qui montraient un niveau de croissance continu.

Observations sur le mois de mars 2020

  • Certains marchĂ©s (commerce de motocycles, ameublement et charpente) ont Ă©tĂ© plus fortement impactĂ©s que d’autres du fait de l’absence de mesures de continuitĂ© de l’activitĂ© contrairement aux entreprises du bâtiment et des travaux publics.
  • Les entreprises de gros Ĺ“uvre semblent avoir Ă©tĂ© moins pĂ©nalisĂ©es que les entreprises rĂ©alisant des chantiers de second Ĺ“uvre.
  • En effet, les entreprises de gros Ĺ“uvre ont subi une chute de CA HT allant de -3,7% Ă  -24,1% en mars 2020 par rapport Ă  l’exercice prĂ©cĂ©dent. NĂ©anmoins, elles pourraient bĂ©nĂ©ficier d’un effet de rattrapage avec la mise en place de mesures visant Ă  augmenter la flexibilitĂ© du travail.
  • Toutefois, la diminution des achats de logements neufs et anciens durant la pĂ©riode de confinement pourrait avoir un impact retardĂ© sur ces secteurs.

Rappel sur la situation fin 2019

  • Entre 2015 et 2019, les entreprises du secteur de l’artisanat du BTP et de la fabrication ont connu une dĂ©tĂ©rioration de leur capacitĂ© Ă  gĂ©nĂ©rer de la trĂ©sorerie. Elle reprĂ©sentait 7,8% du CA HT en 2019 contre 8,3% en 2015. Les entreprises de ce secteur disposaient d’une trĂ©sorerie mĂ©diane Ă©quivalente Ă  51 jours de CA HT en 2019.
  • Sur la mĂŞme pĂ©riode, les dettes financières sont restĂ©es stables et reprĂ©sentaient 6,6% du total bilan en 2019 tandis que le niveau de fonds propres s’établissait Ă  48,5% du total bilan (soit le niveau le plus Ă©levĂ© des 5 secteurs).
  • Les entreprises Ă©voluant dans ce secteur semblaient donc ĂŞtre dans une situation favorable pour avoir recours Ă  un financement externe en cas de besoin (cliquez ici pour accĂ©der Ă  une infographie sur la santĂ© financière des petites entreprises Ă  la veille de la crise liĂ©e au Covid).

 

 


[1] Ces analyses ont été effectuées sur la base des déclarations de TVA d’un panel de 9 908 entreprises.

[2] Les secteurs sélectionnés intègrent des observations sur un minimum de 30 entreprises.

Sources :

https://www.economie.gouv.fr/mesures-soutien-restaurants-cafes-hotels-entreprises-tourisme#

https://travail-emploi.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/Covid-19-continuite-de-l-activite-pour-les-entreprises-du-batiment-et-des